Stockage carburant

Le mazout biodiesel est un produit naturel intrinsèquement instable qui a une durée de conservation. (c.-à-d. présence de SG’s – stérols glucosides)

En raison des législations environnementales mondiales sur la neutralité carbone, les émissions et le « Global Sulphur Cap » (plafond mondial pour les émissions de soufre ), la composante biologique des carburants est en constante augmentation. (ex. EN 16942:2016, CEN/TC 441)

Les différences de température dans les réservoirs de carburant attirent l’humidité de l’atmosphère par la respiration et forment de petites quantités de condensat. Il en résulte de l’eau libre avec une croissance microbiologique au fond du réservoir.

Les spores et champignons microbiens présents dans l’eau commenceront à utiliser le combustible comme nourriture et se multiplient.

Exposé à des températures optimales (tropicales) et surtout à des volumes de carburant stagnants, ce processus de croissance va même s’accélérer.

Cela peut se produire dans n’importe quel type de carburant diesel, mais surtout dans le biodiesel fabriqué à partir de graisses végétales et animales.

Il est reconnu que la plupart des problèmes sont prévisibles dans les générateurs de secours comme ceux utilisés dans les hôpitaux, les aéroports, les bâtiments gouvernementaux et les centrales électriques de secours.

Lorsque la colonisation microbienne devient incontrôlable, elle provoque de la corrosion (formation d’acide) et produit de la bave, des algues, des boues, des débris flottants, des odeurs nauséabondes, etc.

Les filtres et les injecteurs peuvent se boucher, ce qui entraîne une panne de l’équipement et des coûts de nettoyage supplémentaires.

Un transducteur de faible puissance installé sur la paroi d’un réservoir de carburant évitera la formation de biofilm et arrêtera la colonisation de ces micro-organismes et algues.

Vous pouvez tester l’existence de vie microbienne dans le carburant à l’aide de la norme ASTM-D7463-08, et vous pouvez traiter votre carburant avec des biocides et par drainage, mais cela prend du temps et est très coûteux… Donc il vaut mieux éviter.

S’il y a un peu d’eau dans le carburant des bateaux ou des avions, il y a un danger spécifique de développement de champignons filamenteux comme le Hormoconis resinae (ou plus communément appelés H Res ou Cladosporium resinae). Ils poussent près de l’interface eau-huile ou dans le biofilm au niveau des parois des réservoirs et se nourrissent des hydrocarbures. Ils provoquent également la formation de boue et le blocage des injecteurs et des filtres.

Solutions against bio-fouling and scaling